Les institutions de prévoyance ont été heurtées de plein fouet par la crise liée au coronavirus avec une importante diminution des taux de couverture.

Des pertes sont à prévoir dans les principales catégories de placement pour l'année en cours. La commission s'attend donc à une augmentation significative des découverts pour la fin de l'exercice.

Ceux-ci devront être comblés dans les années à venir. La plupart des institutions avaient une bonne situation des taux de couverture avant la crise. S’il est possible de contenir les retombées économiques négatives de la pandémie de coronavirus, la plupart d'entre elles devraient être en mesure à moyen terme d’en supporter les effets sur leur stabilité financière ou du moins d’en atténuer l’impact négatif.

La pandémie rend urgente la nécessité d’adapter les paramètres techniques fixés par la loi à l’évolution des réalités économiques et démographiques, estime la commission de surveillance.

Taux de conversion trop élevé !!!

Pour la commission de surveillance, le taux de conversion trop élevé représente un risque prépondérant pour le 2e pilier. Ces taux ont été continuellement abaissés dans le régime surobligatoire, mais ils restent trop élevés en comparaison avec les taux d'intérêt faibles.

Les caisses s'exposent à des risques de financement et une redistribution problématique. Par ailleurs, les réserves de fluctuation de valeur n’ont pas pu être entièrement constituées et n’atteignent actuellement que 65 % de leur valeur cible. L’une des raisons principales de cette situation est que des sommes importantes ont été utilisées ces dernières années pour compléter le financement des rentes en cours.

Pour 2019, la redistribution a augmenté, passant de 5,1 milliards à 7,2 milliards. Il a fallu mobiliser plus de capital pour compléter le financement des rentes en cours, explique la commission de surveillance. Cela a également entraîné une augmentation des pertes sur les retraites.

Je n'ai qu'une chose à dire ! "récupérer et investissez votre 2ème pilier et faites votre épargne personnelle par bied d'un 3ème pilier"

 

Le Covid 19 va impacter durablement toute l’économie mondiale et particulièrement le domaine de la santé. La Suisse ne va sûrement pas échapper à ces conséquences.


Quelles sont les conséquences pour notre assurance maladie et quelles sont les mesures à envisager ?

Selon les experts suisses de la santé, le surcoût pour l’économie sera compris entre 1,5 et 2 milliards de Francs. Les réserves des compagnies d’assurance devraient amortir dans un premier temps les augmentations.

L’Office Fédéral de la Santé Publique (l’OFSP) impose des règles strictes sur le montant des réserves : le taux techniques de ces dernières s’obtient en faisant le rapport entre les réserves disponibles et le niveau minimum de réserves. Les caisses maladies vont forcément puiser dans leurs réserves, et les conséquences seront différentes suivant les cas.


En effet certaines caisses ont un taux de solvabilité proche du taux légal, d’autres ont 3 voire 4 fois moins que le minimum légal. Donc les caisses dont les réserves sont basses seront tentées d’augmenter rapidement les cotisations afin de reconstituer leurs réserves, alors que les autres pourront lisser cette augmentation sur une longue période.


Quelles sont les caisses qui ont les réserves les plus importantes ? Dans l’ordre, il y a le Group Helsana AG, Visana AG et Concordia. A l’inverse, celles qui ont le moins de réserves sont Assura, KPT Krankenkasse AG et Arcosana AG.

Ces éléments sont à prendre en considération lors du renouvellement ou la signature d’une nouvelle police.

Nous restons à votre entière disposition pour vous conseiller au mieux de vos intérêts.
N’hésitez pas à nous contacter pour toute information.

 

La conjoncture internationale et les bourses du monde entier sont face à une situation historiquement inédite. Les gouvernements et les banques centrales ont commencé une guerre afin d’éviter un effondrement ou une dépression mondiale !

Des liquidités illimitées

Nous sommes cependant mieux préparés aujourd’hui qu’en 2008 car d’une part, les banques centrales du monde ont des réserves plus importantes et parce qu’elles ont des règlements plus stricts. D’autre part, surtout, elles vont nous proposer des liquidités illimitées afin d’éviter une faillite d’une banque, contrairement à nos entreprises !

Les chiffres du chômage explosent aux Etats-Unis !

Le pays a enregistré dans la semaine du 21 mars près de 3.3 millions de premières inscriptions. Le ministère américain du travail n’a jamais vu une telle évolution, ceci montre bien que de les entreprises américaines ont dû licencier de nombreux employés en raison des mesures drastiques pris pour enrayer le covid-19. Jusqu’en février 2020, le taux de chômage était de 3,5%, même si la statistique du marché de travail ne mentionne aucun secteur, il est évident que la gastronomie et l’aéronautique se sont effondrés.

Les indices chutent !

Les marchés ont espéré des signes d’amélioration et se sont inquiètes des nouvelles expansions de la pandémie. Une récession en Allemagne, les indices des directeurs d’achat de la zone euro ont chuté et les entreprises revoient peu à peu à la baisse leurs bénéfices estimés. Les taux d’infection par le coronavirus sont des facteurs difficiles à calculer, mais les marchés devraient encore rester volatiles tant qu’ils ne baissent pas l’insécurité.

Prix du pétrole bas !

Depuis fin mars, les prix du pétrole avaient significativement baissé. Du point de vue de l’offre, l’Arabie Saoudite et la Russie se livrent actuellement une guerre des tarifs, celui du Brent est tombé à 23 dollars environ.

Protégeons les investissements à du long terme !

La population de la Suisse a atteint 8'603'900 habitants à fin 2019, soit une hausse de 0,7% par rapport à l'année précédente (18.7%). La proportion des étrangers et des personnes âgées a également augmenté.


Depuis 2017, la population suisse croît toutefois moins fortement que les années précédentes. L'accroissement de 0,7% correspond à ceux enregistrés de 2003 à 2006 et en 2018.

 

Hausse de la population étrangère. Les ressortissants étrangers représentent plus du quart (25,3%) de la population. Genève enregistre la plus forte proportion de population étrangère, avec un peu moins de 40%. Mais sa croissance ( 0,7%) est inférieure à la moyenne nationale


Le solde migratoire ( 19,4%) explique une grande partie de l'augmentation de la population. L'an dernier, la Suisse a enregistré 170'800 immigrations, soit une hausse de 0,4% par rapport à 2018. Le nombre d'émigrations a diminué de 5,4% pour atteindre 123'200.

L'accroissement naturel de la population a également favorisé la croissance démographique, mais dans une moindre mesure. Il s'établit provisoirement à 16'700, soit 19,7% de moins qu'en 2018. Fribourg est le canton qui présente le plus fort accroissement naturel par rapport à sa population, tandis que le Tessin affiche l'excédent de décès le plus important.

La Suisse vieillit

Le nombre de personnes de 65 ans ou plus a progressé de 1,8%, passant de 1'577'300 en 2018 à 1'606'100 l'année suivante. La part des seniors continue d'augmenter et s'élève à 18,7% de la population. Celle des jeunes âgés de 0 à 19 ans continue de baisser (20,0% en 2018, contre 19,9% en 2019).

Certains cantons présentent déjà un pourcentage de seniors plus élevé que celui des jeunes. C'est le cas du Tessin, des Grisons, de Bâle-Campagne, Nidwald, Schaffhouse, Bâle-Ville, Berne, Glaris, Soleure, Uri, Jura et du Valais.

Le nombre de personnes âgées de 80 ans ou plus a augmenté de 2,3% sur un an. Elles représentent désormais 28,3% de l'ensemble des personnes de 65 ans ou plus

A 65 ANS, C'EST TROP TARD !!!

Récemment un ami passe me voir, 40 ans de travail, 44 ans de cotisation auprès de l’AVS et au bout, CHF 1'600.-- de rente mensuelle pour vivre !

C’est ce qui vous attend, si vous ne verser jamais rien dans un 2ème et 3ème pilier. Dès l’âge de 25 ans on est obligé de cotiser dans son 2ème pilier, heureusement ! Mais à l’époque on vous proposait une simulation de retraite avec : Exemple : épargne CHF 7'000.—par ans sur 40 ans sans compter les frais.

4% de rendement = CHF 692'000.—env.

A ce jour c’est 1% = CHF 345'000.—env.

Comment faut-il combler ceci ? 3ème pilier ?

https://gs4y.ch/index.php/fr/assurances-fr/particuliers-assur-fr/special-3eme-pilier-fr

Il faut savoir que pour avoir la rente maximum d’AVS de CHF 2'370.—( actuellement ),  il faut avoir cotisé durant 44 ans et avoir gagner une moyenne de CHF 84'000.--. Finalement, pas tout le monde ne gagne un salaire de ce montant.

Notez que le 1e et 2ème pilier ne vous garantit seulement 50% de votre dernier revenu à la retraite. Mettez de l’argent de côté, commencer par seulement CHF 100.—par mois et augmenter fur à mesure votre patrimoine, vous profitez ainsi du système de boule de neige, autrement dit les intérêts composés.

Exemple :

  • CHF 3'600.—d’épargne sur 35 ans à 2% ( gestion actif ) = CHF 183'500.— env.
  • Vous commencez 5 ans plus tard, vous n’aurez seulement CHF 149'000.—env.

Résultat, car vous commencez 5 ans plus tard, vous aurez CHF 24'500.—de moins, donc CHF 6'500.-- d'intérêts composés.

Prenez contact avec nous via Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou via notre module de chat en bas à droite de la fenêtre de votre navigateur  en cas d'absence laisser votre message ...  à bientôt.  

logo
Global Solutions 4 You Sàrl
CH - 1870 Monthey

Tél : +41 21 357 59 34
contact@gs4y.ch

Newsletter

Nous suivre