De plus en plus de jeunes de nos jours commencent leur vie professionnelle et désire acheter leur premier appartement immédiatement. De même, les locataires de veulent passer le pas et investir dans leur résidence principale pour avoir un « chez soi » bien à eux.

Beaucoup de personnes désire devenir propriétaire, mais deux critère sont immuables : L'apport et le revenu ! Mais alors, peut-on acheter sans apport ? 

Quand vous rencontrez pour la première fois votre conseiller bancaire pour lui exposer votre projet immobilier, il va vous demander presque immédiatement à combien s’élève votre apport personnel. Ce critère est extrêmement important pour la banque, puisqu’elle va déterminer le risque que celle-ci va prendre. En effet, en cas de mauvais paiement, elle souhaitera récupérer son capital en activant la garantie (hypothèque, caution, etc).

Ces garanties ne couvrent pas les frais associés au prêt, c’est la raison pour laquelle les banques demandent que l’emprunteur apporte au moins les frais et ne financent le projet qu’à 100% maximum. On admet que l’ensemble des frais s’élève à 10%, il faudra donc que l’emprunteur injecte 10% (ou plus) dans son projet immobilier.

Et si je n’ai vraiment aucun apport personnel ?

Les jeunes qui commencent dans la vie active n’ont parfois pas la possibilité d’apporter les fonds nécessaires, il devient plus délicat pour eux d’être suivi par les banques quand ils souhaitent investir.

Certaines banques font des opérations spéciales pour les jeunes de moins de 35 ans en leur proposant des conditions tarifaires plus intéressantes : obtention d’un crédit à un taux plus bas et financement possible à plus de 100%.

Des organismes plus spécialisés proposent des crédits en finançant l’intégralité du projet (frais y compris). Ils vont alors demander deux garanties (une hypothèque et la caution des parents par exemple) et appliquer un taux un peu plus élevé que la moyenne.

Le cas des frontaliers et du 2ème pilier

Tous les salariés suisse cotisent à leur 2ème pilier et c’est également le cas des frontaliers. Il est possible de retirer le 2ème pilier pour financer un projet immobilier, avec quelques conditions à respecter.

Il est possible de débloquer son 2ème pilier pour financer la résidence principale uniquement. Si les emprunteurs pouvaient financer les frais avec ces fonds, cela n’est désormais plus possible, seul le financement du bien immobilier est concerné. Le contrat LPP doit avoir un capital de 20’000 CHF minimum, qui sera imposé à 4% (sur Genève) au moment de la sortie (possibilité de les récupérer une fois l’imposition française effectuée).

Si toutes les conditions sont respectées, vous avez la possibilité d’utiliser votre 2ème pilier comme apport personnel. Attention à faire la demande longtemps à l’avance, les délais pour obtenir les fonds sont parfois très longs.

 

logo
Global Solutions 4 You Sàrl
CH - 1870 Monthey

Tél : +41 21 357 59 34
contact@gs4y.ch

Newsletter

Nous suivre